VdV#52

52 vendredis, c’est comme une année complète si nous avions organisé un Vendredi du Vin par semaine !

Mais tel n’est pas le propos de cette session dont le thème proposé (et retenu) par Éric Leblanc (via son blog) en ce début d’année 2013, est d’évoquer (par la dégustation) un vin coopératif.

Tout d’abord Éric Leblanc je l’ai rencontré via le net puis sur un parking (au cul du Kangoo dirait Olif) comme bien des amis de la bloglouglousphère qui furent d’abord des clients quand j’étais marchand de vins ; et puis, une fois sa formation achevée sur Amboise (avec un stage au Domaine Les Loges de la Folie) il est parti pour le Ch’nooooooord (travailler avec des gens que j’ai aussi connus par mes activités marchandes, le monde est petit et celui du vin est microscopique). Heureusement, pour garder le lien, il a créé un blog qui participe au tissu coopératif des Vendredis du Vin.

Mais je m’égare (du Nord) du sujet de ce VdV#52. Des vins coopératifs, issus d’aventures humaines, d’œuvres collectives, d’utopies concrètes ; des vins produits à plusieurs mains, par des vignerons associés sous une même bannière, qu’elle soit coopérative ou au sein d’un même domaine viticole…

Mais t’es gentil Éric, j’en connais trop, comment vais-je choisir ?

Une semaine plus tard…

J’ai finalement décidé de vous parler d’un vin clandestin ; j’aurais pu vous parler du rouge issu des vignes plantées dans mon village par l’association La Commune Libre de Saint Antoine mais nous n’avons pas encore produit ; j’aurais pu évoquer d’autres vins (tout autant illégaux) issus de vignes gérées par des associations mais j’ai opté pour quelquechose de plus original.

Bruno Besson est sommelier et un jour il a décidé de devenir caviste, à Ermont (Val d’Oise). Il habite dans une commune voisine (à Ermont il y a une vigne associative soutenue par la Mairie) et au fond de son jardin il a planté quelques pieds, petit à petit au fil de coopération avec des vignerons.

Par Isabelle et Bruno Perraud : 10 pieds de Gamay, 5 de Chardonnay, 5 de Merlot, 5 de Cabernet-Sauvignon

Par Brigitte Roch : 10 pieds de Viognier, 10 de Sérine

Par Stéphane Tissot : 15 pieds de Savagnin

Par Fabrice Pouillon : 10 pieds de Pinot noir

Astrid Bonnafont : 5 pieds d’Ondenc, 5 de Mauzac, 5 de Fer Servadou, 5 de Duras

Pressoir offert pour ses 25 ans par Victor du « verre chez moi » et barrique offerte par une amie dont le père était vigneron

À ce matériel il faut ajouter les conseils d’Henri Milan et de Claude Courtois jusqu’a 2005/2007 et maintenant ceux de Pierre Bernault, les frères Todeschini et Mikaël Bouges

La récolte de Bruno est complétée par des dons de raisins de ses clients/voisins.

Comme par exemple :

12litres de Chasselas 2012 (vendangés en 4 passages du 4/10 au 26/10)

25kilos de Baco 2011 vendangés en 2 fois (5/09 et 25/09 pour 13° et 15°)

Production :

2001 : 20 demi bouteilles de blanc

2002 : 15 bouteilles de 50cl + 4 de 150cl

2003 : 15.5% d’alcool +35g de sucre résiduel « et une volatile de dingue »

2004 : vendange début novembre de 100 pieds de vignes de raisin portugais pas mûr ayant donné un blanc plat et sans vie qui a fini en vinaigre

2005 : rien

2006 : rien

2007 : rien

2008 : fût ayant explosé vu que fermé comme un taré avec 45g de sucre et finalement 6 à 7 litres récupérés avec « une volatile de dingue »

2009 : sympa, dense, mais sur la réduction

2010 : sympa, fruité et croquant avec un peu d’amer.

2011 : certainement la plus belle réussite de Bruno Besson vigneron !

En guise de conclusion, je vous rappelle que ce vin de copain (baptisé « vin du ouf ») n’est pas commercialisé.

One thought on “VdV#52

  1. Pingback: VdV#52 | Laurent Baraou | Vendredis du Vin | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>